Le chou romanesco ne vous rappelle rien ? Mais si, voyons, le cours de math sur les fractales ! Il parait que "le nombre de spirales orientées dans le sens des aiguilles d'une montre et le nombre de spirales orientées en sens inverses sont deux nombres de la suite de Fibonacci." Une merveille, non ?

Plus terre à terre mais toujours émerveillée, je trouve aussi que la couleur du chou romanesco, comme celle du brocoli, est splendide avec la betterave. Du coup, il suffit de pas grand chose pour préparer une assiette très appétissante. En cuisant les légumes rapidement à la vapeur douce et en les faisant revenir ensuite légèrement dans l'huile de sésame et le tamari, on obtient des légumes fermes, colorés et savoureux à souhait.

romanesco


Pour 2 personnes
1 petit chou romanesco
1 betterave cru
1 dizaine d'amandes
1 gousse d'ail
1 cuillerée à soupe d'huile de sésame
1 bouchon de tamari

servi avec
1 cuillerée d'huile d'olive
1 oignon
1 verre de riz long semi-complet


Couper le chou romanesco en petits bouquets et la betterave épluchée en frites.

Attendrir le chou romanesco à la vapeur douce, pendant 5 minutes. Puis le retirer du panier vapeur et procéder de même avec la betterave, pendant 10 minutes.

Faire chauffer l'huile de sésame dans une poêle. Y faire griller les amandes décortiquées. Faire revenir les légumes, en évitant de mélanger le chou et la betterave pour que le chou ne rosisse pas ! Parsemer d'ail haché et ajouter un bouchon de tamari en fin de cuisson. Ne pas saler, car le tamari est déjà très salé.

Le riz est cuit façon pilaf, avec deux fois son volume d'eau. C'est tout !