Après le coulis de tomates, voici le bouillon maison ... Certains d'entre vous doivent me trouver totalement folle. Je les entend déjà : on a mieux à faire que de passer une heure à mijoter un bouillon de légumes, quand un petit cube du commerce suffit à parfumer l'eau bouillante.

bouillon

Jusqu'à présent, c'était plus ou moins mon opinion. Ce qui m'a convaincue d'essayer, c'est une coïncidence récente qui a fait tilt.

D'abord, je dois dire que ce qui m'a le plus émerveillée dans l'expérience "coulis de tomate", ce sont les petites pâtes étoiles cuites par absorption dans le jus de tomate résiduel et gratinées au four. Mon coulis est plutôt banal en goût, mais ces gratins de pâtes : mmmh... inoubliables !

Ensuite, à mon dernier atelier-dîner végétarien, nous avions besoin de bouillon pour cuire le risotto. J'avais donc prévu un petit cube. D'habitude, j'utilise du bouillon végétal en poudre bio, vendu en petit récipient dans lequel on se sert à la cuiller. Mais je ne peux pas dire que ce bouillon me satisfasse vraiment. D'abord je le trouve trop salé. Ensuite, son principal ingrédient est l'extrait de levure. Déjà que je n'arrive pas à savoir comment est fabriqué la levure diététique ni pourquoi elle n'est pas certifiée bio. Alors "l'extrait" de levure, voilà qui m'est encore plus suspect...

Pour un comparatif intéressant de la composition des marques de bouillons de légumes bio : cliquez ici pour lire VG-zone.

Quelques jours plus tard, j'ai fait ma petite promenade habituelle sur Vegan Yum.yum. J'ai admiré les photos et une recette m'a attirée au point que j'en ai déchiffré le texte en anglais : son "homemade vegetable broth", bien sûr ! Merci donc à Lauren qui m'a convaincue que le bouillon se congèle très bien en petites quantités. Elle utilise des moules à glaçon. Avec 4 litres, j'ai finalement renoncé aux moules à glaçons et opté pour des récipients un peu plus grands. Tant pis pour le temps de décongélation.

Quant à la cuisson, elle fait mijoter son bouillon trois heures. Comme je n'en fais qu'à ma tête, j'ai décrété qu'une petite heure suffirait bien au mien ! Et c'est parti...


Pour 4 litres de bouillon à la façon de Lauren, il faut :

2 cuillerées à soupe d'huile d'olive
2 grosses carottes (500 g)
2 oignons
4 branches de céleri (500 g)
1 poireau
3 gousses d'ail
3 feuilles de laurier
5 baies de poivre
5 clous de girofle
4 litre d'eau
1/2 verre de tamari
(sauce de soja fermentée très salée)


Dans une cocotte d'au moins 5 litres ou un couscoussier, faire chauffer l'huile.

Couper en gros tronçons les légumes et les jeter dans la cocotte au fur et à mesure de l'épluchage. Ajouter ensuite les épices et l'eau. Faire mijoter 1 petite heure. Ajouter un peu de tamari, mélanger et goûter. Rectifier l'assaisonnement si nécessaire.

Passer avec une passoire à maille très fine (un "passe-bouillon", d'ailleurs !) ou une étamine. Conserver les légumes pour un autre usage en retirant la garniture aromatique.

Alors, c'est compliqué, tout ça ? D'accord, il faut laisser mijoter longtemps, mais les manipulations ne demandent que quelques minutes.

Que fait-on avec du bouillon ?

misoDu risotto bien sûr, mais aussi la cuisson pilaf des céréales.

C'est aussi la base parfaite pour une soupe instantanée maison : soupe miso ou une soupe aux légumes rapés et aux flocons. Elles sont prêtes en moins de cinq minutes !



Que fait-on avec les légumes qui ont servi à la préparation du bouillon ?

En les mélangeant avec du coulis de tomate et une cuillerée de mon "ketchup plus que hot", j'ai obtenu une bonne sauce tomate.

Ni vu ni connu, j'ai aussi réchauffé le reste des légumes au four avec les pommes d'or à la coque. Impeccable pour tremper des morceaux de légumes dans l'œuf dégoulinant.