Depuis un ratage mémorable il y a quelques années (genre petite-couronne-de-béton-collée-au-fond-du-moule), je regardais mon moule à kouglof dans son placard avec un mélange de peur et d'espérance...

Ca y est, nous sommes réconciliés et mon rêve de petit déjeuner est réalisé ! Je suis tellement fière qu'il faut que je vous en parle. Il ne s'agit donc pas des trucs et astuces d'une experte, mais de la recette qui était vendue avec le moule, et que j'ai enfin "réussie" !
Il faut dire que ces derniers temps, j'ai pris un peu plus confiance dans mes pâtes levées, et surtout, j'ai appris la patience... Ne vont au four que des pâtes bien gonflées, tant pis s'il faut des heures ou toute une nuit pour les obtenir alors que la recette prétend qu'une heure suffit !

Ca paraît long, mais ça en vaut la peine...

Si des alsaciens, pâtissiers ou autres amoureux du kouglof veulent intervenir et ajouter leur grain de sel, je leur serai très reconnaissante. Car j'ai bien l'intention de recommencer mercredi prochain. A vous lire...

Omelette, spécialiste de la pâtisserie alsacienne (et de pleins d'autres choses), donne sa recette ici.

kouglofp

kouglof_tranch_p


Il faut :
un moule à kouglof

du temps devant soi (prévoir une heure de préparation pour un pâtissier amateur et maladroit comme moi, et plusieurs heures de pousse)

500 g de farine (j'ai utilisé de la T80, comme d'habitude, d'où l'aspect un peu plus foncé qu'avec de la farine à pâtisserie conventionnelle)
1 cc sel
75 g de sucre (même remarque : du sucre complet)
200 g de beurre
2 oeufs
20 cl de lait tiédi
25g de levure de bière fraîche (j'ai utilisé 2 cc levure de boulangerie sèche)
80 g de raisins secs
50 g d'amandes brutes
du sucre glace pour saupoudrer le gâteau comme il se doit (c'est le seul ingrédient que je ne connais pas en bio)


  • Levain : Délayer 25 g de levure fraîche avec 10 cl de lait tiède prélevé sur la quantité indiquée. Ajouter la farine nécessaire pour en faire une pâte de consistance moyenne. Mettre à lever dans un endroit tiède jusqu'à ce qu'il ait doublé de volume.
  • Pâte : Dans une bassine, mélanger dans l'ordre : farine, sel, sucre, oeufs et le reste de lait tiède. Bien battre la pâte (10 min) pour l'aérer le plus possible. Ensuite ajouter le beurre ramiolli à la main. Travailler la pâte jusqu'à ce qu'elle se décolle aisément des mains (ça demande un certain temps et de la force physique ! Incorporer le levain, battre encore quelques minutes et rassembler la pâte dans la bassine.
  • Couvrir avec un linge dans un endroit à chaleur modéréer pour faire lever la pâte. C'est là qu'il faut être patient...
  • Laver et faire tremper les raisins secs dans l'eau pendant ce temps (ou dans du thé, etc.)
  • Tapoter la pâte pour lui faire reprendre son volume initial et y incorporés les raisins secs.
  • Préparer le moule : le beurrer, garnir le fond des canelures d'amandes, puis poser la pâte dans le moule. Laisser à nouveau lever. La recette précise "jusqu'à dépasser légèrement le bord du moule". Je n'ai pas obtenu de si beau résultat (elle a levé jusqu'en haut du bitonniau central), et c'était déjà très bon !
  • Cuire dans un four moyen pendant 45 min. Couvrir si le dessus se colore trop (ne pas paniquer à la couleur si vous utilisez des ingrédients complets).
  • Servir en saupoudrant largement de sucre glace.