2005.09.03_0142005.09.03_0181

Il n'y a pas que moi qui apprécie la chaleur méditerranéenne et les céréales, fruits secs et graines bios.

mite3

Pas très sexy, la photo aujourd'hui... Je l'ai empruntée à http://aramel.free.fr/INSECTES13bis-2.shtml.

C'est pour moi un sujet tabou, et il aura fallu que Miam évoque sa pénible et hilarante chasse à la mouche pour que j'ose l'aborder.

Il s'agit d'une mite alimentaire. Sa famille m'a rendue hystérique l'année dernière en envahissant mes placards. Depuis, j'ai trouvé l'arme fatale, sans insecticide, sans effort, juste de la discipline. Un an plus tard, je suis sûre que cette méthode fonctionne, puisque nous avons passé juin et fin août (leurs périodes favorites pour éclore) sans en revoir un seul specimen dans la cuisine.

Ouf...

Cette mocheté fait en grandeur réelle environ 1 cm. Elle est blanchâtre ou jaunâtre et a un vol un peu "brouillon". La présence de larves dans les aliments est détectable à leurs déjections (charmant...) qui forment des petits filaments. Elles sont tout à fait capables de traverser les sachets plastiques et les boîtes en carton. Il faut donc impérativement des récipients hermétiques !

Voici ma "méthode" pour en débarasser durablement la cuisine.

  • D'abord, bien sûr, se débarrasser de toutes les traces de leur présence :
    Tenter de garder son calme (mais ce n'est pas indispensable, je peux en témoigner), jeter les aliments infestés. Je dirais même plus, jeter tous les emballages ouverts non hermétiques, jusqu'aux biscuits et aux pâtes. Tuer les adultes visibles et laver avec du vinaigre blanc l'intérieur des placards. C'est déjà un grand pas.
  • Eliminer les oeufs dans les produits que vous apportez chez vous :
    eh oui ! les larves ne viennent plus des adultes que vous avez éliminés chez vous, mais de vos fournisseurs... Pour cela, dès qu'un produit (céréales, fruits secs, graines) arrive à la maison, il fait un petit séjour au congélateur. 24 h mini.
  • Enfin, décourager les éventuels adultes rescapés ou nouveaux venus de venir pondre dans les produits qui sortent du congélateur.
    Pour cela, je vide les emballages dans des bocaux en verre hermétiques, et j'y introduis une ou deux feuilles de laurier. C'est sensé être répulsif pour ces petites bêtes.

Bonne chance dans cette lutte sans pitié !

Vos trucs m'intéressent : merci d'avance pour vos commentaires...


PS du 28 janvier 2008

Ce sujet est toujours le plus lu de mon blog. De quoi donner du réconfort aux personnes concernées : plusieurs centaines de personnes viennent ici chaque jour ! Je reçois donc régulièrement de nouveaux commentaires ou de nouveaux mails personnels à ce sujet.
Je voudrais répondre ici à une question qui m'est fréquemment posée, car la réponse, noyée dans les commentaires qui suivent, devient de plus en plus difficile à repérer...

Décongeler des produits secs est-il dangereux, si on ne les consomme pas tout de suite ?

Voici ma réponse, formulée dans des termes naïfs : les céréales sont un produit sec. Sec à l'entrée du congélateur et sec à la sortie. Ils ne craignent donc ni la moisissure ni le développement de micro-organismes, même après un séjour au congélateur.

Et la justification scientifique de cette affirmation, que j'ai trouvée dans un cours d'Ecologie microbienne des aliments, diffusé par son auteur, Denis Corpet, professeur de sécurité alimentaire à l'Ecole vétérinaire de Toulouse. Dans un produit sec, l'eau solvante disponible (aw, Water activity) est insuffisante pour permettre le développement des micro-organismes.
Voici aussi le sommaire des cours de cet auteur. Il a eu la gentillesse de confirmer ma lecture de son cours dans le commentaire du 28 mai 2007, ci-dessous.

Bonne lecture et merci à Denis Corpet pour sa générosité.